Pourratures

Des trucs écrits, des trucs et cris, détruques aigris.

26 novembre 2007


R_leur

Suzie-les-petits-fours. Ca sonne bien comme membre de gang ? Tu crois que c'est moi qui t'ai fais choir ? Petite crapule, t'es tombée du ciel. Aurai-je du te ramener là-haut et t'y laisser, ou ai-je bien fais de te prendre sous mon épaule ?

Que nous reproche-t-on ? d'être heureux. A deux ? D'être deux ? Je n'y comprends rien. Les gens qui souhaite ton bonheur sont si égoïstes quand il ne s'agit pas d'un bonheur partagé avec eux. Je suis égoïste. Mais je suis content de voir mes amis heureux. Dois-je faire la gueule parce que certains d'entre nous parcourent 200km en train et que 60km de bus fait beaucoup trop ?

La réponse est non. Il est beaucoup plus facile de dire que je n'ai pas envie. Plutôt que de proposer à venir aussi. Les reproches me sonnent les cloches, heurtent ma caboche et sentent. Mauvais. Ouais j'avais raison. Y'a que dans la merde qu'on se ré/unit.

C'est chiant aussi de voir des envers de décor. De voir des héros redescendre dans mon estime. Je n'ai pas la plume habile, j'écris faux. J'arrive à peine à retranscrire ce qu'il se passe aux environs. Tout ce que je sais c'est que j'essaye de créer une façon de raconter sans forcément l'embellir mais pour dire vraiment ce qui est, vraiment ce que je ressens.

Je ne veux pas être faux. Raconter ce qui n'existe pas. Je ne veux pas décrire des situations qui sont interprétés différemment par les gens que j'apprécie. Je ne veux pas vous paraître banal pour autant. J'ai loupé un épisode, j'ai sauté quelques chapitres. J'ai. Ne me reproche pas de ne pas avoir mis de marque page.

Le faux inceste qui te met si mal à l'aise. Me raisonne dans la tête comme un mensonge à dos d'éponge. Nous sommes, tu es. Vous êtes, toi et lui comme moi et elle. Râle mais râle juste. Sans y mettre du faux. Sans. J'ai mal.

Il est minuit quarante et une. Il y a un fond de Coca Zéro sans bulle, a coté du siège passager de mon transporteur Volkswagen. J'ai passé un week end qui m'a fait sourire une fois de plus. Qui m'a permis de comprendre qui je veux être et avec qui je veux l'être. J'ai passé un week end à voir des amis qui n'en ont pas toujours été et qui pourtant se conduise en tant que tel. J'ai passé un week end à rire dans tes bras et sourire dans tes mains. Il est minuit quarante quatre et j'ai envie d'une Camel. Le temps passe vite que lorsque nous n'y faisons plus attention. Cracher à la gueule du temps, lui sourire au nez.

S'envoyer en l'air sans chapiteau au dessus de la tête, Microbe en deux fois. Spectacle gratuit. Pour tous. Même si vous n'en voulez pas.

L'horloge s'est arrêtée à 00:46 et vous me copierez 4 fois "je suis libre"

Commentaires

    Lundi, Une heure.

    C'est dans ces moments-là que tu te demandes.
    Tu préfères avoir un aphte ou du sable dans les yeux ?
    Tu préfères vomir ta merde ou chier du vomis ?
    Tu préfères mourir noyé ou brûlé ?

    M.P.Suzie.
    Dégaine ta fourchette, mec

    Copié par Noaime, le 26 novembre 2007 à 01:02
  • Chier du vomis :p

    Copié par Keeps, le 26 novembre 2007 à 19:36
  • Même pas un petit truc sur ma gueule la dedans, si c'est pas dégueulasse ça ! Je te hais mon gars ! OUI ! Je te hais du plus profond de mon âme.

    A bientôt devant une mousse gars.

    Copié par Benji, le 01 décembre 2007 à 23:34
  • Je dirai juste :

    MP.

    Mother Phucker.

    Copié par Hell, le 02 décembre 2007 à 14:17

Poster un commentaire